Dr. Yves Abitteboul

 

Référent des internes en médecine générale du Lot à la faculté de médecine de Toulouse, le docteur Yves Abitteboul a vu naître le programme d’attractivité « Oh my Lot ! » dans lequel il s’est impliqué d’emblée.

Dr. Yves Abitteboul  

Lorsqu’il est arrivé dans le Lot il y a désormais une trentaine d’années, lui-même en tant qu’interne, le docteur Yves Abitteboul ne connaissait le département que de nom. Toulousain d’origine, il s’est finalement installé dans le Lot, dont il défend aujourd’hui les couleurs.

« J’ai constaté que le Lot manquait de médecin et pour moi, la seule solution pour en attirer, est de faire venir de jeunes internes et de les inciter à rester » affirme-t-il. « Je suis devenu maître de stage, puis responsable des internes en médecine générale pour le Lot il y a maintenant une vingtaine d’années », déroule-t-il. Également responsable de l’unité de Médecine du sport de l’hôpital de Cahors, le Dr. Abitteboul se dégage tout de même du temps pour participer à l’ensemble des évènements dédiés par « Oh my Lot ! » aux internes.

« Toute démarche pour attirer de nouveaux médecins est une excellente chose ! Le Lot a des atouts à faire valoir », assure-t-il. Au-delà de l’environnement qu’offre le Lot, « les internes qui viennent ici découvrent des services hospitaliers de très haut niveau dans différentes spécialités, et des personnels très investis ! » Un contexte qui donne des idées à certains internes, explique-t-il. « On voit régulièrement des internes qui reviennent pour d’autres stages. Ils peuvent faire leurs 3 – bientôt 4 – années d’internat dans le Lot, et quand on en voit certains revenir ici pour leur troisième stage, c’est qu’ils aspirent à s’installer chez nous par la suite. » Et le docteur Abitteboul parle d’expérience : « la plupart des jeunes médecins lotois sont passés entre les mains de la vingtaine de maîtres de stages universitaires du territoire », assure-t-il.

En tant que professeur de médecine à l’université de Toulouse, le Pr. Abitteboul prêche la bonne parole auprès des étudiants. Et la compétition est rude : « mes homologues des autres départements d’Occitanie se battent aussi pour attirer les internes chez eux ! » Yves Abitteboul se bat aussi pour que de plus en plus d’enseignements et de séances de formation leurs soient dispensés directement à Cahors ou Figeac, afin que les internes ne soient pas contraints de retourner régulièrement sur Toulouse.