Portraits d'ambassadeurs

« Ce sont d’abord les relations humaines qui font la force d’un réseau. »

Dans l’atelier de Dorothée Blanpain, ça tape, ça scie, ça démonte, ça reconstruit. « J’ai toujours aimé le bois et le bricolage. ». Originaire du Nord-Pas-de-Calais, c’est à Crayssac qu’elle a choisi d’ouvrir son entreprise Lot of palettes en 2018, pour fabriquer du mobilier à partir des emballages bois perdus. « On est producteur local. L’attractivité, c’est consommer local. » 

En devenant ambassadrice du programme « Oh my Lot ! » elle souhaite véhiculer les valeurs de l’économie sociale, solidaire et circulaire mais aussi sensibiliser à la culture de réseau. « Ce sont d’abord les relations humaines qui font la force d’un réseau. C’est ensemble qu’on est capable de faire des bonnes choses. ». 

Le Lot pour Dorothée ? C’est un retour aux sources, à la nature. Ici, elle prend le temps de vivre : « Depuis que je vis dans le Lot, je n’ai plus de montre ».

Image
Patricia Lapeze ambassadrice Oh my Lot

« Je n’ai jamais pensé quitter le Lot ! »

En entrant dans la boutique de Patricia Lapèze, l’accueil est souriant. On est éveillé par le parfum et la beauté des fleurs mais aussi par la créativité des compositions florales… « Mes clients me connaissent depuis que je suis toute petite ». Patricia est une enfant du Lot. Pour elle, le Lot ce sont les gens. « Les Lotois sont très attachés et enracinés à leur territoire. Ils sont vrais. ». Après s’être formée deux ans dans le Lot-et-Garonne, elle est revenue exercer son métier d’horticultrice sur l’exploitation familiale à Montcuq. « Je n’ai jamais pensé quitter le Lot ! ». Elle y a ouvert, en 2010, le 1er magasin de fleurs, Fleurs du Quercy. « Lorsque je partirais à la retraite, j’espère qu’un nouveau fleuriste reprendra mon magasin. ». Et nous aussi, car c’est bien l’un des objectifs du programme Oh my Lot !

« Je n’ai pas le temps de m’ennuyer ! ». 
Musicienne, elle participe à des ateliers de danse trad’ avec l’association Les Pastourels de la Tour. En plus de ses nombreuses activités, elle a souhaité adhérer au programme Oh my Lot ! pour faire connaitre la qualité de vie dans le Lot. Lors de ses déplacements professionnels à Toulouse, elle n’hésite pas à affirmer son identité lotoise. Prenant son rôle d’ambassadrice à cœur, elle participe à son échelle en utilisant les différents outils de communication disponibles dans la boîte à outils.

Image
Sia Christophe

Hôtelier-restaurateur à Cajarc depuis 2016.

« Avec ma femme Valérie, nous gérons un hôtel, un gîte étape, un restaurant et un centre de relaxation. Nous sommes arrivés de Champagne. Ce qui m'a séduit ici, c'est ce qui est résumé dans notre accroche à l'hôtel : on y est très cosy, très relax, très Lot quoi ! Il faut dire que Valérie et moi, nous sommes passés d'une métropole, à un territoire vierge, doté d'une vraie "sérénité environnementale". J’adore Pech Laglaire à Gréalou. Il s'agit d'un dolmen inscrit au patrimoine de l'UNESCO. Situé sur le GR 65, avec une vue panoramique, entre vallées du Lot et Célé et une vue imprenable c'est vraiment un coin sympa qui nous rend humain et humble ».

Image
esport

« Le Lot et les jeux vidéo, ça bouge ! »

« Il me tarde que ça commence ». Avec son association Gaming Lan Arena, Stéphane Rouquié s’implique déjà dans la préparation de la 1ère compétition Lot Esport qui aura lieu à Cahors les 13 et 14 avril 2019. Un tel événement consacré aux jeux vidéo, dans le Lot, il en rêvait depuis longtemps.

A 32 ans, cet infirmier baigne dans cet univers depuis son enfance : il a participé à l’organisation de grandes compétitions en tant que bénévole et a déjà créé avec ses amis de petits événements « pour se retrouver, s’amuser et jouer ». Ce premier grand tournoi lotois (autour du jeu de stratégie Hearthstone) sera l’occasion de proposer une autre image du département, plus jeune.

Originaire de Gourdon, Stéphane Rouquié a toujours vécu dans le Lot, un endroit qu’il aime car il reste « à échelle humaine ». Et un département qui, selon lui, bouge au niveau sportif et culturel.

Retrouvez toutes les informations concernant la compétition Lot Esport sur http://lot.fr/actualites/e-sport.

Image
Serge Conquet ambassadeur Oh my Lot !

Chef cuisinier au collège Gambetta à Cahors.

Doté d’une nature gourmande et d’un père cuisinier, Serge Conquet était prédestiné au monde gastronomique. Après être passé par le lycée hôtelier de Souillac et après plusieurs expériences dans les hôtels et établissements, c’est pourtant par hasard qu’il découvre le milieu de la restauration collective : « j’ai démarré par un, puis deux, puis trois remplacements et puis j’y ai vu une opportunité ». Depuis 2004, il est le chef cuisinier du collège Gambetta à Cahors où il prépare 700 repas par jour (92 000 par an) : « le but ultime est de fournir une restauration de qualité. C’est un challenge quotidien de fournir un plateau dans le respect du plan alimentaire. » Attaché à la qualité, Serge et son équipe travaillent en étroite collaboration avec la Chambre d’agriculture pour favoriser l’achat de produits locaux. « La cuisine c’est une découverte à chaque instant, on retrouve des vieux légumes, des vieux fruits, des recettes d’antan… C’est passionnant, on sait pourquoi on se lève le matin ». Au collège, il organise des repas à thème avec animations, passerelles avec les enseignements, promeut la saisonnalité… Au salon international de l’agriculture, il sera le porte-voix de l’utilisation des produits locaux dans la restauration collective. Des préparations qu’il fera déguster au plus grand nombre.

Image
Jean-Louis Issaly ambassadeur Oh my Lot !

Président de Transhumance en Quercy, organisateur de la Transhumance Rocamadour-Luzech.

C’est l’envie de vivre du pastoralisme itinérant qui a conduit Jean-Louis Issaly à créer l’association Transhumance en Quercy en 2003. Avant de structurer la démarche, Jean-Louis a pratiqué « d’une manière improvisée » pendant deux ou trois ans. « Dans le Lot, c’était une innovation car ça ne correspond pas à la tradition pastorale du Quercy ». Et pourtant aujourd’hui l’association rayonne et attire les jeunes éleveurs. « Je suis réellement reconnaissant des appuis que j’ai reçus pour impulser cette pratique. Ce qui m’a amené là, c’est le besoin d’échanges. Avec la Transhumance, le groupe de professionnels que nous sommes va au-devant du grand public. On explique, on partage et on s’ouvre aux autres. Le monde agricole a besoin de ces ouvertures. C’est pourquoi je suis encore dans ce milieu-là, vieux berger et ancien responsable agricole que je suis. ». Pour lui, élevage et paysages « ne peuvent aller l’un sans l’autre. Ce sont deux valeurs indissociables ».

Image
Céline Lanoux ambassadrice Oh my Lot !

Parisienne d'origine, elle a ouvert des chambres d'hôtes à Montcuq en 2017.

« Je suis Lotoise de cœur depuis plus de vingt ans. Nous louions un gîte chaque été près de Sauzet. Nous avons découvert toute une région préservée et le luxe de prendre le temps. Sans oublier la gentillesse des Lotois, l’authenticité et la beauté des villages, la lumière, le calme, la douceur de vie, la nature, les sites à visiter et bien sûr la gastronomie ! »

Image
Camille Joly ambassadrice Oh my Lot !

Jeune bergère en cours d'installation sur une exploitation ovine de Montfaucon.

Originaire du Loiret, Camille Joly a trouvé sa voie dans le Lot. « J'ai toujours aimé le contact avec les animaux. Je ne suis pas issue du milieu agricole mais mes parents m'ont donné l'envie de m'intéresser à ce domaine en m'emmenant régulièrement à la campagne ». Après des études agricoles, elle a effectué un stage avec l'association « Transhumance en Quercy », qui lui a permis de valider sa licence professionnelle et qui a débouché sur un service civique. Cette expérience professionnelle a permis à Camille de s'insérer désormais dans le réseau d'acteurs de la filière ovine du Lot. « L'élevage de brebis est un véritable savoir-faire qui mérite toute sa place dans le département et je suis heureuse de participer à faire perdurer un métier ancestral ».

Image
Angélique Sabarros ambassadeur oh my Lot!

« Le Lot nous a offert le quotidien que nous voulions »

« J’ai tout de suite adoré cette région que je ne situais même pas sur une carte ! ». Angélique Sabarros s’est installée à Lacave en 2010, où elle a créé Karteko, un atelier de design écologique.

« Je suis landaise d’origine, ma moitié des Hautes-Pyrénées. Nous n’avons pas hésité à prendre la décision de nous installer loin de nos familles et de construire notre histoire dans le Lot ».

Aujourd’hui, « Oh my Lot ! » trouve un écho auprès d’Angélique. Si bien qu’elle a souhaité devenir ambassadrice de la démarche.

« En 2011, j’ai monté ma petite entreprise qui offre une nouvelle vie aux matériaux qui auraient dû être jetés. Les débuts ont été balbutiants mais l’atelier a fait son bout de chemin. Le Lot nous a offert le quotidien que nous voulions. A nous aujourd’hui de lui rendre car ce département a un énorme potentiel ... ».

Le programme « Oh my Lot ! » est mené par de nombreux partenaires dont, côté institutions, les communautés de communes. Vincent Labarthe, président du Grand Figeac, adhère à la démarche, en ambassadeur du Lot convaincu. Depuis les hauteurs du Ségala dont il est originaire, il voit loin : au sens propre (des Pyrénées au Massif Central !) comme au sens figuré (pour l’avenir du Lot).